A la découverte du Pays de Vaud

Mercredi 15 avril : Le temps est au beau fixe et nous voilà partis pour La Sarraz, petite bourgade connue pour son musée du cheval. En route pour la remontée du Nozon de Saint-Loup à Romainmôtier. Belle vallée sauvage et protégée, avec ses falaises. D’un coup nous sommes au fond du vallon devant une belle cascade étonnante, aussi bien par la quantité d’eau que par la hauteur. Une petite grimpée et nous arrivons à Croy déjà tout en fleurs. Le long du canal nous passons vers le moulin avec sa roue à aubes, puis plus au fond derrière les arbres, pointe le clocher de l’abbatiale de Romainmôtier, laquelle est chargée d’histoire.

En voici un résumé :
En effet en 1042 un cloître est signalé. Fin du XIIIe siècle deux incendies successifs touchent le monastère. Reconstruction du cloître gothique au même emplacement dès le XIVe siècle. En 1536, la réforme entraîne la sécularisation du couvent. L’église devient paroissiale. Le cloître est partiellement démoli ; certaines parties modifiées sont réaffectées à l’entreposage du grain (dîme). Le bâtiment qui abritait la salle des moines est reconstruite en 1580 et devient un grenier. La chapelle cruciforme dédiée à Sainte-Marie, sera démolie en 1702.

La pause dans la grande cour intérieure nous laisse le temps de visiter les lieux, non seulement de l’abbatiale, mais aussi d’admirer les bâtiments tout autour. Surpris par le calme de ces lieux, on a l’impression que le temps s’est arrêté. En route pour entamer la montée sur Envy et la traverse des bois de Ferreyres, paradis des sangliers et zone aussi protégée.

Découverte des anciens fours à fers puis des fours à chaux. Pour l’histoire : l’industrie de la fabrication de la chaux fût apportée par les Romains bâtisseurs de murs de pierres. La chaux fût utilisée jusqu’à la fin du 19ème siècle, puis remplacée par le ciment. Autre découverte : la carrière jaune. Cette pierre typique de couleur jaune orne les encadrements de fenêtres et portes de grange voûtées de toute la région. L’exploitation de la carrière s’est perpétuée jusqu’en 1914. A ce jour l’intérêt écologique du site est caractérisé par sa faune et sa flore dont 9 espèces d’orchidées.
Retour sur St-Loup, puis traverse du petit bois et arrivée sur les hauts de La Sarraz avec un magnifique panorama sur les alpes : de la Savoie au Moléson. Tous les participants, petits et grands, ont pu s’imbiber d’un bon bol d’air printanier. A la prochaine !!

Jean-François Eggen