Jegigrat

Samedi 20 Août 2011

Une chose est sûre, les week-ends de beau temps au mois d’août, les cabanes sont pleines mais Francis, mon collègue organisateur, a plus d’un tour dans son sac…

Avec 1 Kg. de fromage de L’Etivaz à l’attention des gardiens, notre équipe c’est fait attribuer un joli petit dortoir rien que pour nous dans l’ancien refuge. Les jaloux diront que c’est de la corruption, mois je dis que c’est du savoir vivre.

De toute façon, les jaloux sont aussi souvent radins ; et les radins ont un bien trop petit sac pour y mettre 1 Kg. de L’Etiv. Un point, c’est tout !

Samedi, départ matinal afin de monter à la Weissmieshütte pas trop tard, et faire une petite escalade. Après notre passage au refuge pour alléger les sacs, direction Nord-Est pour le Jegihorn ; jolie aiguille culminant à 3206 m. d’altitude et regorgeant d’une multitude de voies de tout niveaux, ainsi qu’une magnifique Via Ferrata. Descente par un chemin escarpé avec la sympathique rencontre de bouquetins.

Retour à la cabane pour préparer les sacs pour la course du lendemain et profiter du soleil sur terrasse avec l’apéro. En montagne, il est important de toujours bien s’hydrater…

Dimanche 21 AOÛT 2011

Programme du jour : Le Jegiturm. Jolie aiguille également, mais à l’opposé du massif ; avec retour par l’arête du Jegigrat. Le gardien, qui est aussi guide de montagne, était tout content de nous donner quelques « tuyaux » sur cette course, car il l’a en partie équipée. C’est vrai que les sommets environnants ont des noms plus prestigieux tels que : Weissmies, Lägginhorn ou Fletschhorn, mais les Alpes regorgent de superbes sommets méconnus qui ont l’avantages d’être de petits paradis pour les grimpeurs un peu sauvages.

Dimanche matin, départ dans la nuit, nous sommes les seuls à prendre la direction du Jegiturm. Sur les 109 personnes qui ont dormis à la cabane, personnes devant ni derrière. Quelle chance, toute la montagne est à nous !

Et la suite. Départ dans de belles dalles de granit. Après l’aiguille se redresse dans de jolis enchaînements de dièdres et de fissures. Déjeuner avec le soleil, un peu timide pour cette heure matinale, puis départ pour la Jegigrat. La aussi, beau granit, jolis passages aériens, pour finir sur un replat. Retour sur la cabane, avec les remerciements du gardien pour avoir fait « SA » voie.

Après une petite collation, nous redescendons sur Saas Grund. Poignée de main sur le parking du téléphérique, car deux « zigotos » de l’équipe ont encore envies d’escalader une petite colline du côté de Zermatt. Puisque le chemin était fait… Et, c’est bien connu : Quand on aime on ne compte pas !

André

PARTICIPANTS

Francis Gétaz, André Mottier, Xavier Ecoffey, Janry Morier et Charles-Henri Ramel.